JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Implication du retrovirus HERV-W dans la sclérose en plaque (SEP) : la protéine MSRV-Env est présente chez environ 75% des patients SEP
Corinne Bernard (1), Ilias Stefas (1), Raphaël Germi (1), Laurence Grossi (1), Patrice Morand (1), Hervé Perron (1)
(1)
Résumé
Introduction

De successives et concordantes études ont montré une implication du retrovirus endogène MSRV/HERV-W dans la sclérose en plaque. Nous voulons montrer la présence de la protéine MSRV-Env dans le sérum des patients SEP.

Objectifs

L’objectif de ce projet est de développer un test ELISA ciblant la protéine MSRV-Env afin de déterminer l’existence d’une antigénémie dans des échantillons de patients SEP.

Méthodes

Le test ELISA repose sur une capture par l’Apolipoprotéine H des particules rétrovirales et protéines MSRV-Env présentes dans le sérum des patients, suivi d’une détection spécifique grâce à des anticorps monoclonaux anti-Env. Nous avons également reproduit la détection par PCR de l’ADN et ARN MSRV-Env dans des cellules mononuclées du sang périphérique de patients SEP (selon Mameli et al). Les résultats obtenus ont été comparés avec des patients non SEP ayant subit une première crise (CIS) et avec des contrôles sains.

Résultats

Nous avons détecté une antigénémie positive pour MSRV-Env chez 75% des sérums SEP, non dépendante du sous type de la maladie et ne corrélant pas avec le traitement du patient.L’antigénémie chez les CIS était de 64%, de valeur plus faible que chez les SEP.Les contrôles sains n’ont pas été détectés comme positifs.Les nombres de copies ADN et ARN de MSRV-Env détectés chez les SEP étaient plus élevés que chez les CIS et les contrôles sains. Les titres ADN et ARN MSRV-Env corrélaient parfaitement avec l'antigénémie MSRV-Env.

Discussion

Nous avons révélé la présence de la protéine MSRV-Env circulante, dans le sérum de patients SEP contrairement aux contrôles sains. Ces résultats confirment l’association entre MSRV-Env et la sclérose en plaques. Les tests ELISA et PCR seront optimisés pour pouvoir les disséminer au sein de plusieurs hôpitaux européens et mener des études longitudinales afin d’observer l’évolution de l’antigénémie avec la maladie et le traitement des patients.

Conclusion

Cette étude, ainsi que d’autres études in vitro et in vivo menées en parallèle, montrent le rôle neuro-inflammatoire joué par la protéine MSRV-Env, et par là, son rôle dans la sclérose en plaque.




Mots Clés

Inflammation
Non renseigné
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg