JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Un cas de vasculopathie cérébrale associée au VIH
Audrey Filleton (1), Frédéric Philippeau (1), Anne Vieillart (1), Philippe Granier (1), Michel Gouttard (1), Jacques Boulliat (1)
(1) Bourg en Bresse
Résumé
Introduction

Les complications ischémiques cérébrales survenant au cours de l'infection par le VIH sont multiples. Nous rapportons le cas d'une artériopathie cérébrale ectasiante et sténosante encore appelée vasculopathie associée au VIH.

Observation
Une patiente (N° : 86599) de 42 ans fut admise an unité neuro-vasculaire pour un déficit moteur hémicorporel droit et un mutisme ayant complètement régressé en moins d'un heure. Le principal antécédent était une infection par le VIH évoluant depuis 1991 et traitée par trithérapie ( KIVEXA® et KALETRA®) avec un taux de lymphocytes CD4 à 716/mm³ et une charge virale indétectable. L'IRM encéphalique réalisée en urgence ne montrait pas d'anomalie parenchymateuse (séquence en diffusion, FLAIR et T2*). Les séquences de perfusion étaient normales. L'ARM du polygone de Willis, complété par des séquences 3DT1 avec gadolinium, montrait un anévrysme carotido-sylvien gauche d'environ 1 cm de diamètre suivi d'une sténose serrée en M1 de l'artère sylvienne gauche. Il s'agissait donc d'un accident ischémique transitoire du territoire carotidien gauche en relation avec une vasculopathie associée au VIH.



Discussion

Les vasculopathies cérébrales associées au VIH initialement décrites chez l'enfant sont une atteinte parfois multiple des artères extra ou intra-craniennes. Elles associent des anévrysmes fusiformes et des sténoses non athéromateuses. Il s'agit d'une pathologie « dynamique » avec une aggravation parfois rapide des lésions. Le pronostic semble être amélioré par la trithérapie. Le mécanisme serait une action directe du VIH sur la paroi artérielle

Conclusion

Les vasculopathies cérébrales associées au VIH sont rares. Le diagnostic est important, car l'évolution peut mettre en jeu le pronostic vital. La trithérapie pourrait être efficace pour ralentir la progression.



Mots Clés

Anévrysme artériel intracrânien
Virus
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg