JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Accident vasculaire ischémique bithalamique par occlusion de l’artère de Percheron : étude de 3 cas
Jean-Laurent Lamboley (1), François Le Moigne (1), Guy Tsouka (1), Laurence Have (1), Pierre Salamand (1), Alain Drouet (1), Laurent Guilloton (1)
(1) Lyon
Résumé
Introduction

Les infarctus thalamiques bilatéraux paramédians sont rares parfois en rapport avec une occlusion d'un tronc commun, appelé artère de Percheron. Leur tableau clinique est très polymorphe avec souvent un trouble de conscience.

Observation
Les auteurs rapportent les observations de 3 patients, 2 femmes de 70 et 53 ans et 1 homme de 73 ans, hospitalisés pour la survenue d’un infarctus bithalamique documenté en IRM. La symptomatologie initiale fut l’installation brutale d’un trouble de conscience avec confusion pour 2, associé à une paralysie de verticalité et l’apparition d’un déficit hémicorporel droit avec troubles phasiques pour le troisième. Le scanner X et l’IRM cérébrale révélèrent l’existence d’un infarctus thalamique para médian bilatéral avec hypersignal en séquence T2 et FLAIR ainsi qu’un hypersignal en B1000 avec diminution du coefficient d’ADC. L’évolution fut variable selon les cas : une amélioration clinique rapide fut observée pour un patient lequel conserva uniquement un trouble oculomoteur de verticalité. L'évolution fut moins favorable pour les 2 autres patients : ils conservèrent des troubles cognitifs sévères et durent être orientés dans un établissement de long séjour ; pour l'un d'eux, un trouble de la vigilance avec déficit de l’éveil et hypersomnolence fut associé avec le tableau de d'une démence thalamique séquellaire.

Discussion

Ces AVC bithalamiques correspondent à une thrombose d’un tronc commun aux deux artères paramédianes thalamo-sub-thalamiques, appelé artère de Percheron. Ces 3 observations permettent de rappeler la présentation clinique polymorphe de tels patients, présentation qui regroupe: paralysie de la verticalité du regard, troubles mnésiques, confusion jusqu'au coma. Les caractéristiques anatomocliniques sont discutées ainsi que les aspects radiologiques.

Conclusion

La connaissance de cette variante, dite artère de Percheron, permet de poser le diagnostic de cette entité anatomoclinique grâce à l'imagerie et notamment l'IRM, limitant ainsi le risque d'errance diagnostique en urgence.



Mots Clés

Glasgow (échelle du coma de)
Ophtalmoplégie
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg