JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Thromboses veineuses cérébrales et mutation Jak2V617F
Gaëlle Godenèche (1), Nicolas Gaillard (1), Jonathan Ciron (1), Alexandre Mania (1), Jean-Philippe Neau (1), Caroline Arquizan (1)
(1) Poitiers
Résumé
Introduction

La survenue d’une thrombose veineuse cérébrale (TVC) peut compliquer, voire révéler un syndrome myéloprolifératif (SMP). Celui-ci peut être latent et suspecté par la présence de la mutation Jak2 V617F.

Objectifs

Déterminer l’incidence de la mutation Jak2 dans une population prospective de TVC, ainsi que les facteurs cliniques et paracliniques associés à sa présence.

Méthodes

De janvier 2007 à juin 2009, 62 patients ont été hospitalisés pour une TVC prouvée dont 35 au CHU de Poitiers et 27 au CHU de Montpellier. Sept patients ont été exclus (4 infections loco-régionales, 1 poussée de recto-colite hémorragique, 1 cancer évolutif, 1 fistule carotido-cave). Seize hommes et 39 femmes d’âge moyen de 44.7 ans (±18.5) ont été inclus, parmi lesquels 50 ont accepté la recherche de mutation jak2.

Résultats

La mutation jak2 était présente chez 7 patients (14%), dont 2 porteurs d’une maladie de Vaquez (1 déjà connue, et 1 découverte). Les 5 autres patients jak2+(10%) n’avaient pas les critères biologiques de SMP (SMP latent). Chez ces patients, certains facteurs étaient significativement associés à la présence de jak2 par comparaison à ceux jak2- : âge moyen plus élevé (p=0.002), antécédent de thrombose majeure (p=0.03), taux moyen de plaquettes plus élevé (p=0.01) et bilan étiologique négatif (p=0.05).

Discussion

La mutation acquise jak2 est présente chez plus de 30% des patients présentant une thrombose digestive considérée comme « idiopathique ». Son incidence au cours de TVC est moins bien connue. Dans notre étude, elle est de 10%. Sa découverte nécessite une surveillance biologique rapprochée à la recherche d’un SMP qui peut-devenir patent après plusieurs années, ainsi qu’une anticoagulation au long cours compte tenu du risque de récidive de thrombos

Conclusion

La recherche de mutation jak2 pourrait être proposée après une TVC systématiquement chez les patients > 50 ans, ceux ayant un antécédent de thrombose majeure et ceux ayant un bilan étiologique négatif.




Mots Clés

Thrombophlébites cérébrales
Non renseigné
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg