JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Déception ! : l’absence d'amélioration des taux de mortalité des hémorragies méningées de 1985 à 2006 à partir du Registre Dijonnais des AVC
Damien Biotti (1), Agnès Jacquin (1), Guy-Victor Osseby (1), Olivier Bousquet (1), Maurice Giroud (1), Yannick Bejot (1)
(1) Dijon
Résumé
Introduction

Les hémorragies méningées représentent 2 à 5% de l’ensemble des AVC et sont associées à une importante morbi-mortalité. Ces taux de mortalité varient dans le temps et selon les pays.

Objectifs

Calculer les taux de mortalité par hémorragie méningée à 1 et 6 mois et rapporter leur évolution depuis 1985. Secondairement, confirmer le lien entre score précoce de gravité et mortalité.

Méthodes

Le Registre Dijonnais des accidents vasculaires cérébraux nous permettait de réaliser une étude prospective et exhaustive des cas d’hémorragies méningées diagnostiquées au sein d’une population de 150000 personnes. Les patients étaient hospitalisés entre 1985 et 2006 au CHU de Dijon. Le diagnostic était porté sur des critères cliniques et radiologiques, complétés si nécessaire par les données de la ponction lombaire. Le score de gravité des patients était évalué selon l’échelle de Hunt & Hess.

Résultats

Les taux de mortalité à 1 et 6 mois de 1985 à 2006 étaient de 15.59% (95% CI 9.37-25.34) et 16.84% (95% CI 10.33-26.78) respectivement. Sur la période 1985-1995, les taux étaient de 17.1% (95% CI 8.1-34.2) et 17.7% (95% CI 9.6-31.3) ; sur la période 1996–2006 ils étaient de 20.2% (95% CI 10.2-37.8) et de 19.7% (95% CI 11.1-33.6). Il n’existait pas de variation significative depuis 1985. Ces taux étaient corrélés au score de Hunt & Hess.

Discussion

Cette étude confirme que les taux de mortalité de ce type d’AVC sont stables, et essentiellement constitués lors des 30 premiers jours de l'AVC. D’autre part, l’évolution depuis 1985 de la prise en charge n’en a pas affecté la mortalité, en partie du fait que la plupart de ces décès affectent des patients dont le score précoce de gravité est déjà le plus élevé.

Conclusion

Les taux de mortalité par hémorragie méningée sont restés stables au cours des 22 années de cette étude en dépit de l’amélioration des délais de prise en charge et des thérapeutiques.



Mots Clés

Accident vasculaire cérébral
Hématome (sans précision)
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg