JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Effet d’un accident ischémique transitoire (AIT) précessif sur le pronostic fonctionnel et vital des patients présentant un infarctus cérébral
Yannick Bejot (1), Corine Aboa-Eboule (1), Guy-Victor Osseby (1), Olivier Rouaud (1), Grégory Couvreur (1), Thibault Moreau (1), Maurice Giroud (1)
(1) Dijon
Résumé
Introduction

Le préconditionnement ischémique avant un infarctus cérébral (IC) est un phénomène décrit chez l’animal. Chez l’homme, l’effet d’un AIT précédant un IC sur le pronostic est mal connu.

Objectifs

Tester l’hypothèse de l’effet neuroprotecteur d’un AIT précédant un IC, en termes de pronostic vital et fonctionnel, au sein du Registre Dijonnais des AVC de 1985 à 2008.

Méthodes

Tous les IC survenant au sein de la population de Dijon (150.000 habitants) furent recueillis et classés en IC lacunaires, cardio-emboliques, et non-lacunaire non cardio-emboliques. Les antécédents d’AIT précessif, la durée (< ou > 30 minutes) et l’intervalle séparant l’AIT de l’IC (< ou > 4 semaines) furent enregistrés. Le pronostic fonctionnel fut évalué à la sortie du patient selon le score de Rankin et les décès furent collectés à 1 mois et 1 an.

Résultats

Sur 3015 IC (1392 hommes et 1623 femmes), 486 (16,1 %) furent précédés d’un AIT, dont 389 < 4 semaines avant l’IC et 97 au-delà de 4 semaines. Après ajustement sur les facteurs confondants, un meilleur pronostic fonctionnel à la sortie et une mortalité à 1 an plus faible furent retrouvés chez les patients avec un IC non lacunaire et non cardio-embolique et un antécédent d’AIT précessif < 4 semaines. Une durée d’AIT < 30 minutes améliorait également significativement le pronostic vital et fonctionnel.

Discussion

Notre étude démontre que la présence d’un AIT récent et de durée brève précédant la survenue d’un IC s’accompagne d’un meilleur pronostic. L’AIT précessif n’est bénéfique que chez les patients présentant un IC non lacunaire et non cardio-embolique. Cette distinction pourrait être due à un impact différent des mécanismes de neuroprotection en fonction du sous-type d’IC.

Conclusion

La démonstration de l’effet neuroprotecteur d’un AIT offre des perspectives intéressantes pour le développement de stratégies thérapeutiques ciblées sur le phénomène de préconditionnement à l’ischémie cérébrale.



Mots Clés

Infarctus cérébral
Neuroprotection
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg