JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Accidents vasculaires cérébraux et tumeurs primitives cardiaques
Nicolas Durand de Grossouvre (1), Eric Bertandeau (1), Mickael Bonnan (1), Alexandre Dakar (1), Elsa Krim (1), Jean-Francois Riviere (1), Bruno Barroso (1)
(1) Pau
Résumé
Introduction

Environ 20% des infarctus cérébraux sont la conséquence d'une embolie d'origine cardiaque. Les tumeurs primitives cardiaques sont une cause rare d'embolie cérébrale. Nous rapportons 3 cas dont 2 myxomes et 1 fibro-élastome.

Objectifs

Dans ce travail nous avons voulu évaluer la fréquence de découverte d'une tumeur cardiaque dans le bilan étiologique d'un accident vasculaire cérébral (AVC). Nous nous sommes ensuite penché sur le devenir de ces patients.

Méthodes

Nous avons réalisé une étude rétrospective sur une période de 40 mois au sein d'un service de Neurologie de Centre Hospitalier général. Les dossiers colligés ont été repris et les patients ont pu être revus afin d'évaluer à distance leurs capacités fonctionnelles et pouvoir apprécier le pronostic.

Résultats

Sur la période étudiée 2010 patients furent hospitalisés avec un diagnostic principal d'AVC (1148 AVC ischémiques constitués, 541 AIT et 321 hémorragies) . Parmi ceux-ci on dénombrait 136 patients dans la tranche d'âge 15-49 ans. Trois AVC furent imputés à la découverte d'une tumeur cardiaque primitive: AIT chez une femme de 45 ans (fibroélastome), AIT chez un homme de 29 ans (myxome) et AVC constitué chez une femme de 46 ans (myxome). Les scores de Rankin 1 an après chirurgie étaient respectivement de 0, 0 et 2.

Discussion

L'étude de notre population confirme la rareté des tumeurs cardiaques comme source d'AVC, même si elles sont considérées comme des sources cardio-emboliques à haut risque (en particulier le myxome). D'après nos données il semble que ce diagnostic soit plus fréquent chez le sujet jeune. Par ailleurs le pronostic à distance de l'AVC et du traitement chirurgical de la tumeur semble bon avec une autonomie conservée sur le plan neurologique.



Conclusion

Les tumeurs cardiaques primitives sont des causes rares d'AVC. Nos résultats montrent que chez le sujet jeune leur pronostic fonctionnel à distance de l'évènement initial semble bon.

Informations complémentaires
Ce travail a fait l'objet d'1 thèse soutenue le 16/11/2009 à Bordeaux 2.

Mots Clés

Accident ischémique transitoire
Chirurgie
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg