JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Evaluation de la dépression post accident vasculaire cérébral
Imane Adali (1), Nawal Adali (1), Fatiha Manoudi (1), Fatima Asri (1), Imane Tazi (1), Najib Kissani (1)
(1) Marrakech
Résumé
Introduction

La dépression post accident vasculaire cérébral est un symptôme fréquent, sa prévalence varie entre 18 et 61%. Il s’agit d’une urgence médicale car la dépression non traitée entrave le pronostic médical et la r

Objectifs

Le but de l’étude est de déterminer la prévalence de la dépression et de la dysthymie post accident vasculaire cérébral, tracer le profil des patients déprimés et analyser les facteurs favorisant sa survenue.

Méthodes

Nous avons réalisé une étude prospective, portant sur un échantillon de 60 patients ayant fait un AVC sur une période de 4 mois, suivis en consultation de neurologie au CHU Mohamed VI à Marrakech. Le diagnostic de troubles dépressifs a été fait selon les critères DSM IV R et l’évaluation de leur sévérité a été faite par l’échelle Hamilton dépression.

Résultats

La moyenne d’âge était de 57,6 ans avec des extrêmes entre 30 et 79 ans, on note une prédominance féminine dans 64,2%. L’AVC ischémique était prédominent chez 86%. La prévalence de l’épisode dépressif majeur (EDM) était de 38,1%, celle de dysthymie était de 4,8%. Une dépression modérée était notée chez la moitié des patients. Les deux tiers des patients avec EDM et la moitié des dysthymiques avaient des ATCDS familiaux de dépression. L’atteinte motrice était prédominante chez la majorité des patients déprimés.

Discussion

Notre prévalence rejoint les données de la littérature. Le diagnostic est difficile vu la complexité de la symptomatologie dépressive . Le diagnostic précoce reste la priorité de la prise en charge. Plusieurs facteurs favorisants ont été relatés dans la littérature : l’âge, le sexe, les antécédents personnels et familiaux de dépression, l’atteinte cognitive et la sévérité de l’AVC. Un suivi psychologique spécialisé est très fortement conseillé.

Conclusion

Ces résultats incitent à prendre en compte la dépression dans le traitement de tout sujet présentant un AVC. La connaissance des facteurs de risque permet le dépistage précoce des patients à risque.



Mots Clés

Dépression
Anxiété
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg