JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Méningovascularite syphilitique: à propos de six cas
Younès Ouahmane (1), Jamal Mounach (1), Ahmed Bourazza (1), Abderrahim Zerhouni (1), Amal Satté (1), Hamid Ouhabi (1), Yahya Hsaini (1)
(1) Rabat
Résumé
Introduction

Les manifestations neurologiques de la syphilis sont polymorphes. La recherche d’une syphilis doit être systématique devant un accident vasculaire cérébral ischémique du sujet jeune d’étiologie indéterminée.







Objectifs

Discuter, à travers une série de six cas, les aspects épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs des AVCI en rapport avec une méningovascularite syphilitique.



Méthodes

Étude rétrospective des dossiers de six patients qui furent hospitalisés dans notre service pour des accidents vasculaires cérébraux ischémiques d’origine syphilitique. Les patients bénéficièrent en plus d’un interrogatoire minutieux, un examen clinique complet, d’une angio-RM et/ou angiographie cérébrale, d’un bilan cardio-vasculaire, des sérologies syphilitiques dans le sang et le liquide céphalo-rachidien (LCR) et d’un bilan biologique. Un traitement à base de pénicilline G fut administré à tous les patients.



Résultats

La moyenne d’âge était de 41 ans. L’antécédent de chancre génital était noté chez trois patients. L’impotence fonctionnelle d’un hémicorps constituait le tableau clinique dominant. L’imagerie cérébrale montrait des thromboses dans le territoire carotidien avec des signes d’artérites. Le bilan cardio-vasculaire était normal, les sérologies syphilitiques étaient positives dans le sang et dans le LCR. L’évolution sous trois cures de Pénicilline G à forte dose était favorable dans tous les cas.



Discussion

Les AVCI représentent 10 à 15 % des cas de neurosyphilis. Tous les territoires vasculaires peuvent être intéressés. L’AVCI d’origine syphilitique ne présente pas de caractères cliniques ou neuroradiologiques spécifiques. Seule la pratique de sérologies syphilitiques systématiques devant

un AVCI d’étiologie non évidente permet de poser le diagnostic. La pénicilline G parait efficace mais les modalités thérapeutiques différent.

Conclusion

La pratique des sérologies syphilitiques devant un AVCI d’étiologie non évidente permet de poser le diagnostic et d’instaurer un traitement précoce et spécifique.




Mots Clés

Liquide céphalo-rachidien
Accident vasculaire cérébral
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg