JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Méningite tuberculeuse chez les immunocompétents : à propos de 20 cas.
Jamal Mounach (1), Amal Satté (1), Abderrahim Zerhouni (1), Adnane Semlali (1), Younès Ouahmane (1), Hamid Ouhabi (1), Yahya Hsaini (1)
(1) Rabat
Résumé
Introduction

La tuberculose constitue un problème de santé publique. Les atteintes méningées dues au Mycobacterium tuberculosis restent au premier plan des tuberculoses extra pulmonaires par leur gravité potentielle et leur fréquence.

Objectifs

Discuter à travers une série de 20 cas, les aspects épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs des méningites tuberculeuses.

Méthodes

Étude rétrospective des données de 20 patients hospitalisés dans notre service pour méningite tuberculeuse. L’ensemble des patients bénéficièrent en plus d’un interrogatoire minutieux, un examen neurologique et somatique complet, d’une étude du liquide cérébro-spinal (LCS), d’un scanner et ou d’une imagerie par résonance magnétique encéphalique, d’un bilan phtysiologique et biologique. Le diagnostic reposait sur la mise en évidence du BK ou sur des éléments de forte présomption.

Résultats

La moyenne d’âge de nos patients était de 35 ans. Le sexe masculin prédominait. Un antécédent de contage tuberculeux est noté chez deux patients. Les présentations cliniques réalisées étaient une méningite isolée dans 5 cas, une méningo-encéphalite dans 14 cas et une méningonevrite dans un cas. Le liquide céphalorachidien était clair dans tous les cas et la sérologie VIH fut négative. L'évolution sous traitement antibacillaire fut favorable dans la majorité des cas. La durée totale du traitement était de 9 à 12 mois.

Discussion

L’atteinte du SNC représente 0,5 à 2% des cas de tuberculose. Cette atteinte passe à 10% chez les patients immunodéprimés. La méningite est la complication neurologique la plus fréquente de la tuberculose. La méningite basilaire est l’aspect le plus fréquent. Le diagnostic repose sur la mise en évidence du BK. L’évolution est fonction du degré de gravité de l’affection et de la précocité d’instauration du traitement.

Conclusion

Le polymorphisme clinique de la méningite tuberculeuse et de la difficulté de mettre en évidence du BK dans LCR ne doivent pas retarder le traitement, instauré sur des signes de forte présomption.




Mots Clés

Méningite chronique
Tuberculose
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg