JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Cryptococcose cérébro-méningée à présentation pseudo-vasculaire
Mathilde Poli (1), Pauline Renou (1), Anne Vital (1), Patrice Menegon (1), Igor Sibon (1)
(1) Bordeaux
Résumé
Introduction

L’expression clinique des infections à cryptocoque est hétérogène. Elle est limitée par l’intégrité de l’immunité à médiation cellulaire. Nous rapportons une présentation pseudo-vasculaire en dehors d’une infection à VIH.

Observation
Nous rapportons le cas d’un homme de 65 ans hospitalisé pour un syndrome cérébelleux d’apparition sub-aiguë. Ses antécédents comprenaient : hypertension artérielle, dyslipidémie, BPCO, syndrome néphrotique traité par corticothérapie et syndrome vertigineux aigu 3 mois auparavant. Des épisodes transitoires récurrents de syndrome cérébelleux et d’hémiparésie gauche survinrent ensuite.

L’examen neurologique retrouva un état de vigilance fluctuant, une désorientation spatiale, une hémiparésie gauche et un syndrome cérébelleux stato-ciniétique bilatéral. L’IRM encéphalique révéla la présence de lésions multiples sus et sous tentorielles en hypersignal FLAIR et restriction de diffusion, une prise de contraste méningée et des troncs supra-aortiques normaux à l’angio-IRM. Le bilan biologique était sans particularité hormis un taux de CD4 diminué à 104/mm3. La ponction lombaire identifia une méningite lymphocytaire avec antigènes solubles cryptococciques.

Le patient décéda après une semaine de traitement par amphotéricine B et 5-fluorocytosine intra-veineux.

L’examen anatomopathologique montra des foyers de nécrose intra-corticale contenant des cryptocoques. Aucune image d’infarctus ni d’inflammation de la paroi artérielle évocateurs de vascularite ne fut trouvé.

Discussion

La méningo-encéphalite cryptococcique est la présentation initiale d’une cryptococcose dans deux tiers des cas. A l’inverse du syndrome méningé et des manifestations épileptiques, les déficits neurologiques focaux sont plus rarement observés. Ils peuvent relever de différents mécanismes que sont l’existence d’un cryptococome, la présence de lésions nécrotiques cryptococciques, la survenue de lésions ischémiques dans un contexte de vascularite.

Conclusion

Une méningo-encéphalite à cryptocoques doit être évoqué devant des manifestations pseudo-vasculaires répétées et inexpliquées chez des patients présentant une altération de l’immunité à médiation cellulaire autre que le VIH.




Mots Clés

Ataxie cérébelleuse
Hémiplégie
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg