JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Efflorescence de tuberculomes cérébraux : à propos d’un cas
Laurette Mangouka (1), Patrick Clapson (1), Fabien Dutasta (1), Hubert Nielly (1), Gilles Defuentes (1), Jean-Paul Perez (1), Olivier Berets (1)
(1) Clamart
Résumé
Introduction

Les tuberculomes cérébraux sont des localisations fréquentes de la tuberculose. Souvent uniques ou peu nombreux, ils réalisent exceptionnellement une véritable efflorescence comme dans le cas que nous rapportons.

Observation
cas 80431999. Homme de 41 ans d'origine malienne, sans antécédents tuberculeux, présentant depuis 3 semaines des céphalées, une asthénie, une fièvre d'aggravation progressive, puis une bradypsychie, des troubles de l'équilibre évoluant vers le coma avec état de mal myoclonique. La CRP était à 265 mg/l avec hyperleucocytose à 11700/mm3. La TDM cérébrale montrait de nombreuses images hyperdenses se rehaussant à l'iode. L'IRM cérébrale retrouvait 26 hypersignaux T2 et FLAIR se rehaussant au gadolinium pour la plupart en cocarde avec œdème périlésionnel. On notait dans le LCS 2700 cellules dont 70% de polynucléaires, une protéinorachie à 1,50g/l, une glycorachie normale, des cultures négatives. La PCR et les cultures BK étaient négatives mais l'adénosine désaminase (ADA) à 9,7g/l était augmentée et le Quantiféron® (QF) était positif. La sérologie VIH et l’antigénémie p24 étaient négatives. Il existait une hyponatrémie à 128 mmol/l. Le TDM thoracique montrait des adénopathies médiastinales. L’IDR à la tuberculine était négative. Le diagnostic de tuberculomes multiples était évoqué. Un traitement par quadrithérapie antituberculeuse se révéla efficace avec apyrexie, normalisation clinique et biologique rapide et amélioration progressive des images en IRM.

Discussion

Les tuberculomes cérébraux sont fréquents chez les africains et les immunodéprimés, en particulier VIH. Devant des images d’abcès, on envisage aussi des abcès à pyogènes, toxoplasmiques et des métastases. Le LCS du patient est en faveur d’une cause infectieuse. Malgré la négativité des cultures BK et de l’IDR, la positivité de l’ADA et du QF évoque fortement la tuberculose et incite à un traitement rapide par quadrithérapie antituberculeuse.

Conclusion

Cette observation est originale par le nombre considérable des tuberculomes (26) et l’intérêt diagnostique du Quantiféron® et de l’ADA dans le LCS, surtout en cas de négativité des cultures BK et de l’IDR à la tuberculine.


Mots Clés

Méningite tuberculeuse
Abcès cérébral
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg