JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Les ondes lambda restent un piège EEG
Vera Dinkelacker (1), Lionel Thivard (1), Thérèse Beillevaire (1), Vincent Navarro (1)
(1) Paris
Résumé
Introduction

L’EEG est un examen très utile. Son interprétation est délicate compte tenu de l’existence d’activités physiologiques inhabituelles, qui peuvent être à tort considérées comme des anomalies épileptiques.

Observation
Trois observations illustrent l’importance d’une interprétation prudente de l’EEG. Le premier cas est une femme de 23 ans suivie en psychiatrie, sans épilepsie associée. L’EEG, effectué dans le cadre d’un bilan général, a retrouvé des potentiels pointus considérés comme des pointes épileptiques, se révélant ultérieurement être des pointes positives occipitales de sommeil (ou ondes lambda de sommeil). Le deuxième cas est celui d’un patient ayant une sclérose hippocampique et des crises temporales certaines. Chez ce patient, des pointes positives occipitales du sommeil sont retrouvées de façon fortuite au cours du bilan pré-chirurgical et souligne leur survenue en rapport avec les stades du sommeil. Le troisième patient est un conducteur de poids lourd, âgé de 47 ans, qui a présenté une perte de conscience brève au volant, soulevant le diagnostic différentiel délicat entre syncope et crise épileptique. Dans le cadre du bilan initial, un EEG a mis en évidence des pointes postérieures lors de l’ouverture des yeux. Le diagnostic d’épilepsie a été porté, ce qui a conduit à un arrêt de travail ainsi qu'à la mise sous acide valproïque, alors qu’il s’agissait en fait d’ondes lambda de veille, ainsi que d'abondantes pointes positives occipitales du sommeil.

Discussion

L’EEG est un examen crucial lorsqu’une épilepsie est suspectée bien qu’il doit toujours être interprété à la lumière des données cliniques. Certaines activités inhabituelles revêtent un caractère pointu et exposent ainsi à une errance diagnostique. Parmi les plus fréquentes figurent les ondes lambda, qui surviennent durant la veille, et les pointes positives occipitales du sommeil, dont nous détaillerons les caractéristiques EEG.

Conclusion

Il existe de nombreuses activités EEG physiologiques inhabituelles, dont la rareté explique, chez un électro-encéphalographiste inexpérimenté, qu’elles puissent être considérées à tort comme pathologiques.




Mots Clés

Epilepsie crise
Sommeil
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg