JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

A propos d’un cas de radionécrose temporale traitée par bévacizumab
Amandine Benoit (1), François Ducray (1), Stéphanie Cartalat-Carel (1), Jérôme Honnorat (1)
(1) Lyon
Résumé
Introduction

La radionécrose est une complication rare mais grave de la radiothérapie cérébrale pour laquelle il n’existe pas de traitement efficace. Quelques données récentes suggèrent l’utilité du bévacizumab (anticorps anti-VEGF).

Observation
Nous rapportons l’observation d’une patiente qui présenta au décours du traitement d’un cancer du cavum par radio-chimiothérapie une radionécrose du tronc cérébral. Une prise de contraste bulbo-pontique persistait malgré une corticothérapie précoce et prolongée. Trois ans plus tard, elle développa, une radionécrose temporale qui devint menaçante. Un traitement par bévacizumab seul, sans corticothérapie, fut débuté. Après 4 injections à la dose de 5 mg/kg tous les 15 jours, une disparition complète des anomalies Flair et des prises de contraste temporales fut observée. Par contre il n’y eut pas d’effet sur la prise de contraste ancienne bulbo-pontique ni sur les troubles neurologiques installés lors du premier épisode. Au décours des 4 injections la patiente fut surveillée. Sur le contrôle à 6 mois on notait toujours une disparition de l’œdème et de l’effet de masse mais néanmoins la réapparition d’une discrète prise de contraste temporale.

Discussion

Le bévacizumab semble rapidement efficace sur les lésions récentes mais inefficace sur les lésions anciennes de radionécrose. La réapparition d’une prise de contraste à 6 mois suggère que des cures répétées pourraient être nécessaires.



Conclusion

Cette observation rejoint les données parues récemment dans la littérature. Mais ces résultats nécessitent d’être confirmés, à l'avenir, par des études comparatives.




Mots Clés

Imagerie par résonance magnétique
Non renseigné
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg