JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Effets de la caféine, des hypolipémiants et des modulateurs dopaminergiques sur l'évolution de la maladie de Huntington (MH)
Cécile Duru (1), Clémence Simonin (1), Alexandra Dürr (1), Anne-Catherine Bachoud-Lévi (1), David Blum (1), Pierre Krystkowiak (1), Réseau Huntington de Langue Française (Rhlf) (1)
(1) Amiens
Résumé
Introduction

L'expression phénotypique de la MH est variable. L'âge de début est déterminé principalement par le nombre de triplets CAG (60%). Cependant, des facteurs environnementaux pourraient également influencer son profil évolutif.

Objectifs

Déterminer si la caféine, les hypolipémiants et les modulateurs dopaminergiques sont des facteurs prédictifs de l'âge de début et de l'évolution fonctionnelle, motrice et cognitive de la MH.

Méthodes

Nous avons réalisé une étude rétrospective d'une cohorte de patients atteints de la MH issus de 8 centres appartenant au Réseau Huntington de Langue Française. La consommation de caféine au cours des 10 dernières années et la prise médicamenteuse furent évaluées grâce à un questionnaire validé et rempli avec l'aide d'un proche. L'évolution fut jugée sur la progression des scores fonctionnels, moteurs et cognitifs de l'UHDRS entre deux évaluations à au moins un an d'intervalle.

Résultats

Notre cohorte de 62 patients était représentative de la maladie. Nous avons mis en évidence un lien significatif entre la consommation de caféine et l'âge de début de la maladie, soit plus la consommation de caféine était importante et plus l'âge des premiers symptômes était précoce (R²=0,041, p=0,016). Aprés ajustement au nombre de triplets CAG, l'âge de début était anticipé d'environ six ans dans le groupe de grands consommateurs par rapport aux faibles.

Discussion

La caféine semble intervenir dans la variabilité de l'âge de début de la maladie. Nous montrons que plus la consommation de caféine est importante et plus l'âge des premiers symptômes est précoce. Cet effet délétère peut être la conséquence de l'antagonisation des récepteurs adénosinergiques A2A post-synaptiques et renforcent ainsi l'hypothèse de leur implication dans la physiopathologie de la MH.

Conclusion

Ces résultats ont un impact majeur puisqu'aucun facteur environnemental modifiable n'est actuellement connu dans la MH. Ils permettent d'entrevoir de nouvelles perspectives thérapeutiques via la modulation des récepteurs A2A.



Mots Clés

Huntington (chorée de)
Environnement
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg