JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Un hémiballisme révélateur d'un diabète : aspects radiologiques
Alice Rolet (1), Agnès Ritz (1), Annabelle Jary (1), Lucien Rumbach (1), Françoise Cattin (1), Clélia Billon Grand (1)
(1) Besançon
Résumé
Introduction

L'hémiballisme est souvent associé à une atteinte du putamen controlatéral. Les étiologies en sont diverses; récemment quelques observations ont insisté sur les troubles du métabolisme glucidique comme facteur causal.

Observation
Un homme de 76 ans avait présenté soudainement des mouvements amples et involontaires de l'hémicorps droit. Les symptomes s'étaient initiallement majorés mais restaient isolés. Ses antécédents étaient une hypertension artérielle traitée, un tabagisme sevré et un adénocarninome de prostate en rémission.

L'examen clinique montrait un hémiballisme droit isolé. Le bilan biologique objectivait une hyperglycémie à 20 mmol/L sans acidocétose. A l'IRM, il existait un hypersignal T1 au niveau du noyau lenticulaire gauche isolé. L'IRM de contrôle éliminait une lésion ischémique. Après une recherche étiologique complète, l'hémiballisme a été attribué à l'hyperglycémie majeure révélatrice d'un diabète.

Après normalisation de la glycémie, la symptomatologie a progressivement régressé. Le patient avait toutefois présenté des complications traumatiques et une rhabdomyolyse aigue due à l'intensité des mouvements anormaux. L'IRM réalisée à 2 mois retrouvait l'hypersignal T1 du noyau lenticulaire isolé, inchangé.

Discussion

L'hyperglycémie non cétosique est une cause rare mais connue d'hémiballisme. Le pronostic semble bon après correction de la glycémie. Dans la plupart des cas décrits, l'imagerie se normalise en quelques mois. Plusieurs hypothèses ont été avancées, l'étiologie pourrait être multifactorielle: calcifications partielles, microhémorragies, microischémies, hyperviscocité sanguine, modification tissulaire, diminution localisée du métabolisme glucidique.

Conclusion

L'hyperglycémie est une des causes rares d'hémiballisme mais dont le pronostic semble être bon. Les signes régressent avec la normalisation de la glycémie. Les hypersignaux T1 des noyaux gris restent encore mal expliqués.

Informations complémentaires
Un remerciement particulier au Dr Ritz pour nous avoir adressé ce patient.

Mots Clés

Putamen
Imagerie par résonance magnétique
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg