JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Pseudomigraine avec signes neurologiques transitoires et pleiocytose lymphocytaire : étude de trois cas
Nathalie Bourgois (1), Nathalie Guy (1), Anna Ferrier (1), Pierre Clavelou (1), Xavier Moisset (1)
(1) Clermont-Ferrand
Résumé
Introduction

La pseudomigraine avec signes neurologiques transitoires associée à une pléiocytose du liquide céphalorachidien est une entité rare d’évolution favorable qui pose un problème de diagnostic différentiel.

Observation
Nous rapportons trois observations de patients de sexe masculin, âgés de 19, 32 et 55 ans, qui ont présenté plusieurs accès de déficit moteur hémicorporel, associé à une dysarthrie, une aphasie et/ou un syndrome confusionnel. Les troubles ont été spontanément régressifs, associés ou suivis de céphalées occipitales. Aucun d’entre eux n’avait d’antécédent migraineux. L’examen neurologique et somatique de ces patients, apyrétiques, était normal entre les épisodes.

Le scanner cérébral, l’angioscanner des vaisseaux du cou, les examens biologiques habituels étaient normaux. L’électroencéphalogramme retrouvait un ralentissement temporal, sans activité critique associé dans un cas. L’étude du LCR a toujours montré une réaction méningée à prédominance lymphocytaire (69, 83, 151 éléments) associé à une hyperprotéinorachie modérée (0.63 à 0.95 g/l ; glycorachie et chlorurorachie normales). Les cultures bactériologiques et sérologies virales étaient négatives dans le sang et le LCR.

Tous ont pu regagner rapidement leur domicile, un seul présentant de nouveaux épisodes neurologiques pendant quelques jours. Deux ont subi une imagerie par résonnance magnétique ne montrant pas d’anomalie parenchymateuse ou vasculaire. L’évolution fut favorable dans tous les cas.

Discussion

Le syndrome de pseudomigraine avec signes neurologiques transitoires et pléiocytose lymphocytaire (PMP syndrome) a une physiopathologie controversée. Une méningite lymphocytaire, et l’existence de signes d’atteinte focale, dans un contexte de céphalées évoque une possible méningo-encéphalite, inhabituelle par l’évolution par accès itératifs de courte durée, l’absence d’anomalie morphologique, et l’évolution spontanément favorable.





Conclusion

Une pseudomigraine avec signes neurologiques transitoires associée à une pléiocytose du liquide céphalorachidien est une entité rare mais facilement individualisable, incitant à limiter les thérapeutiques intempestives.

.

Mots Clés

Méningite virale
Migraine
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg