JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

leucoencéphalopathie toxique d'évolution favorable après inhallation de poudre d'héroïne
Laurence Have (1), Alain Drouet (1), Jean-Laurent Lamboley (1), Laetitia Mazurier (1), Chrystelle Poyat (1), Laurent Guilloton (1), Dominique Felten (1)
(1) Lyon
Résumé
Introduction

Une leucoencéphalopathie sévère peut être induite par la consommation d'héroÏne inhalée sous forme de vapeur préchauffée ou plus rarement intraveineuse.

Observation
Nous rapportons le cas d'un patient âgé de 46 ans, qui installa 3 semaines après un snif d'héroïne (inhalation de poudre par voie nasale) un tableau dominé par des troubles cognitifs et du comportement. On notait également une irritation pyramidale et une ataxie modérée. Les examens biologiques sanguins et l'analyse du LCR furent normaux. L'IRM cérébrale montrait des lésions limitées à la substance blanche sus-tentorielle et symétriques, hyperintenses en FLAIR et B1000, et hypointenses en T1, sans prise de contraste avec l'injection de gadolinium. L'élévation importante de la choline (ratio choline/créatinine à 2) sur la spectroRMN était en faveur de lésions démyélinisantes actives. L'analyse histopathologique obtenue par biopsie cérébrale notait dans la substance blanche un aspect microkystique avec gliose astrocytaire notable. L'évolution fut en grande partie favorable à 2 ans, laissant persister des difficultés attentionnelles, avec une nette atténuation des lésions cérébrales sur l'IRM.

Discussion

Notre observation est originale par sa présentation dominée par des troubles cognitifs et comportementaux, bien corrélée avec la localisation purement sus-tentorielle de la leucoencéphalopathie, dont les aspects histologiques sont classiques. Cette toxicité moins prononcée pourrait être rapprochée du mode de diffusion de l'héroïne par snif dont nous n'avons pas retrouvé d'autre exemple dans la littérature.

Conclusion

Nous soulignons ainsi le risque neurologique pris avec cette forme d'intoxication par l'héroïne, même s'il pourrait s'avérer moins grave aux vues de l'observation rapportée et à ce titre être souvent méconnu.



Mots Clés

Neuropsychologie
Imagerie par résonance magnétique
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg