JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Encéphalopathie secondaire à une hypoglycémie sévère et prolongée : à propos d’un cas
Lorraine Hamelin (1), Florian Chenevier (1), Laure Huchon (1), Françoise Durand-Dubief (1), Géraldine Androdias (1), Sandra Vukusic (1), Christian Confavreux (1)
(1)
Résumé
Introduction

L’hypoglycémie sévère est une urgence métabolique pouvant entraîner des lésions neuronales permanentes.Ces anomalies présentent souvent une topographie corticale élective potentiellement évolutive vers une atrophie cérébrale.

Observation
Une femme de 35 ans diabétique de type 1, sous insuline et difficile à équilibrer, fut découverte un matin comateuse dans un contexte d’hypoglycémie nocturne prolongée (glycémie capillaire initiale inférieure à 1 mmol/L). Les paramètres hémodynamiques étaient normaux sans autre trouble métabolique associé. Après correction glycémique et réanimation intensive, la patiente présentait à son réveil des troubles aphasiques et apraxiques majeurs associés à des troubles du comportement. Il n’y avait pas de déficit sensitivo-moteur. L’IRM encéphalique montrait à J1 en séquences Flair et Diffusion des hypersignaux diffus corticaux et sous-corticaux prédominants dans les régions pariéto-occipitales et hippocampiques. Le tracé EEG était diffusément ralenti avec des ondes triphasiques. L’IRM à J30 montrait une atténuation des hypersignaux observés initialement associée à une atrophie cortico-sous-corticale sévère et diffuse. La patiente a conservé à distance de cet épisode un état pauci-relationnel associé à une perte d’autonomie complète.

Discussion

L’encéphalopathie hypoglycémique touche généralement le cortex, plus rarement les noyaux gris centraux et les hippocampes ce qui témoigne d’une vulnérabilité cérébrale sélective. Une diffusion myélinique du processus lésionnel a cependant été démontrée dans des séries autopsiques. Un mécanisme hypoxique et/ou ischémique surajouté pourrait contribuer à une extension sous-corticale des lésions aggravant le pronostic clinique et radiologique.

Conclusion

Une atteinte sous-corticale peut être considérée comme faisant partie du spectre radiologique d’une hypoglycémie sévère et prolongée. Elle pourrait être associée à une atrophie cérébrale globale et rapide.


Mots Clés

Hypoglycémie
Atrophie
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg