JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Impact de la Conférence de Consensus française de 2000 sur le traitement initial de la maladie de Parkinson dans une population non sélectionnée
Claudine Fayard (1), Audrey Bonaventure (1), Emmanuel Roze (1), Christophe Tzourio (1), Isabelle Benatru (1), Alexis Elbaz (1)
(1) Dijon
Résumé
Introduction

La stratégie thérapeutique à la phase initiale de la maladie de Parkinson (MP) vise à réduire à long terme la survenue de complications motrices parfois invalidantes.

Objectifs

L’objectif de l’étude est d’évaluer l’impact de la conférence de consensus (CC) française de 2000 sur la prescription initiale des traitements antiparkinsoniens dans une population non sélectionnée.

Méthodes

Cette étude rétrospective menée en 2007 dans 5 départements français a inclus 308 patients parkinsoniens affiliés à la Mutualité Sociale Agricole. L’objectif était de comparer les prescriptions initiales des traitements antiparkinsoniens avant et après 2000 et leur conformité par rapport à la CC. L’initiation d’un traitement par agonistes dopaminergiques avant l’âge de 60 ans et par L-dopa après 70 ans étaient conformes.

Résultats

La conformité à la CC s’améliorait significativement après 2000 (OR=2.03, 95% IC [1.01-4.12], p<0.05). Chez les moins de 60 ans, la conformité était de 33% avant 2000 et 64% après (p<0.05) du fait d’une augmentation de la prescription initiale des agonistes dopaminergiques. Une augmentation paradoxale des agonistes dopaminergiques s’observait également chez les plus de 70 ans mais sans retentissement significatif sur la conformité avant et après 2000 (70.6% contre 66.4% respectivement, p>0.05).

Discussion

L’effet des CC est difficile à déterminer notamment en population générale. Des études antérieures évaluant les recommandations dans la démence ou les accidents vasculaires cérébraux retrouvent des résultats contradictoires. Notre étude réalisée dans une population non sélectionnée objective une amélioration de la conformité dans la prescription initiale des traitements antiparkinsoniens chez les patients de moins de 60 ans.

Conclusion

La conférence de consensus sur la MP a un impact positif sur les traitements initiaux. Les agonistes dopaminergiques sont plus utilisés chez les sujets jeunes conformément aux recommandations.

Informations complémentaires
Remerciements à la Mutualité Sociale Agricole et au laboratoire GSK.

Mots Clés

Agonistes dopaminergiques
L. DOPA
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg