JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Effet du pramipexole sur les symptômes dépressifs dans la maladie de Parkinson idiopathique : Résultats d’une étude internationale, randomisée, double aveugle, contrôlée versus placebo, groupes parallèles sur 12 semaines de traitement
Philippe Damier (1), Alain Destée (1), Franck Durif (1), François Viallet (1), Pierre-Louis Lleu (1), Catherine Debieuvre (1), Paolo Barone (1)
(1) Saint Herblain
Résumé
Introduction

Outre ses signes moteurs classiques, la maladie de Parkinson (MPI) est responsable de signes non moteurs, notamment un syndrome dépressif fréquent et qui serait lui aussi relié au déficit dopaminergique.

Objectifs

L’objectif principal de l’étude est d’évaluer l’efficacité du pramipexole (PPX) versus placebo (PBO) sur les symptômes dépressifs de patients présentant une MPI, contrôlés de facon optimal sur le plan moteur, traités ou non.

Méthodes

Les patients devaient avoir plus de 30 ans, être stables au plan moteur avec un stade Hoehn et Yahr entre I-III, présenter des symptômes dépressifs (score de dépression gériatrique GDS-15>=5 et score >=2 à l’item 3 de l’UPDRS I). Les traitements associés à l’exeption des agonistes dopaminergiques étaient autorisés à dose stable 4 semaines, avant et pendant l'étude. Le critère principal était le changement de l'échelle de dépression Beck (BDI-IA) après 12 semaines de traitement. Le changement de la GDS-15 a été analysé

Résultats

Parmi les 144 patients randomisés sous PPX et 152 sous PBO, 13,9% (PPX) et 12,5% (PBO) sont prématurément sortis d’étude. A l’état initial les scores étaient, respectivement pour le PPX et le PBO, BDI: 18,7 et 19,5; GDS: 8,4 et 9,2. Les changements moyens ajustés ont été sur la BDI: -5,9 vs -4,0 points (p=0,01) (ANCOVA) et sur la GDS: -2,5 vs -1,7 points (p=0,04). L’analyse d’intéraction a montré que l'effet du PPX observé était direct à 80% sur le BDI (p = 0,0433) et indirect à 20% sur l’UPDRS III (effet total p=0,01)

Discussion

Si un effet propre du PPX sur l’humeur de patients MPI a déjà été suggéré, cette étude est la première à grande échelle, en double aveugle, contrôlée vs placebo, randomisée permettant d’évaluer l’impact d’un agoniste dopaminergique sur les symptômes dépressifs de patients MPI stables sur le plan moteur. L'effet bénéfique du PPX sur les symptômes dépressifs du patient MPI est considéré comme direct et non relié à l’effet sur la fonction motrice.

Conclusion

Cette étude permet de montrer, après 12 semaines de traitement, la supériorité de PPX par rapport au PBO sur l’amélioration des symptômes dépressifs, évaluée par la variation du score BDI. Le pramipexole a été bien toléré.

Mots Clés

Agonistes dopaminergiques
Parkinson (maladie de)
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg