JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Etude de l'impact de la chirurgie de l'épilepsie temporale sur les fonctions cognitives
Anne-Charlotte Wiart (1), Nicolas Reyns (1), Nathalie Pécheux (1), Gustavo Soto-Ares (1), Philippe Derambure (1), William Szurhaj (1)
(1) Valenciennes
Résumé
Introduction

La chirurgie permet de guérir certaines épilepsies partielles pharmacorésistantes et ainsi de réduire le handicap psychologique, cognitif et social lié aux crises.

Objectifs

Etudier l’impact de la chirurgie de l’épilepsie temporale (ET) sur les fonctions cognitives à court et à moyen terme.

Méthodes

Soixante-neuf adultes opérés d’une ET pharmacorésistante symptomatique étaient inclus. Les antécédents, l’histoire de l’épilepsie, les résultats sur les crises et les données du bilan neuropsychologique étaient colligés rétrospectivement. La mémoire (à court terme, épisodique), le QI (global, verbal, performance), le langage et l’attention étaient comparés entre T1 (en préopératoire) et T2 (entre 6 mois et 1 an en postopératoire). La mémoire et le langage étaient réévalués à T3 (à 2 ans ou plus en postopératoire).

Résultats

Nous n’avions pas retrouvé d’altération de la mémoire épisodique (ME) entre T1 et T2-T3, y compris pour la ME verbale en cas d’ET gauche. Le QI global (QIg) et le QI performance (QIp) s’amélioraient à T2 quel que soit le coté de la résection temporale. Les patients ayant une augmentation du QIg présentaient un âge de début de la maladie plus précoce. Ceux présentant un gain du QIp avaient un QIp plus faible à T1. Il n’y avait pas de différence pour le langage et l’attention entre les évaluations pré et postopératoires.

Discussion

L’absence de déclin sur la ME et le langage, à l’inverse de certaines études, est peut-être liée au fait qu’il s’agit d’épilepsies lésionnelles, à la voie d’abord, à la réalisation de résections relativement limitées sur la face externe. L’amélioration du QI est un phénomène moins connu, mais net dans notre série. Son explication reste difficile (diminution des traitements? arrêt des crises?).

Conclusion

Notre étude n’a pas mis en évidence d’effet délétère de la chirurgie de l’ET sur la ME. Elle a même plutôt montré une augmentation significative du QI.



Mots Clés

Epilepsie pharmacorésistante
Mémoire
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg