JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Profil des épileptiques adultes en Cote d’Ivoire (ci)
Mariam Doumbia (1), Pascale Cowpli-Bony (1), Evelyne Aka-Diarra (1), Léonard Kouassi (1), Ange-Eric Kouame-Assouan (1), Félix Boa Yapo (1), Thérèse Sonan-Douayoua (1)
(1) Abidjan
Résumé
Introduction

En CI, comme ailleurs dans la majorité des pays en développement, l’épilepsie est un réel problème social et de santé publique. La prise en charge nécessite une bonne connaissance des manifestions cliniques et du traitement.

Objectifs

Déterminer le profil clinique et les aspects thérapeutiques des épilepsies de l’adulte reçu en milieu hospitalier neurologique en CI.

Méthodes

Nous avons mené une étude prospective descriptive, incluant 50 épileptiques reçus en consultation dans les services de neurologie à Abidjan en CI sur une période de 16 mois, du 1er Janvier 2003 au 30 Avril 2004. Les 50 patients inclus dans l’étude étaient âgés de plus de 15 ans et avaient présenté au moins deux crises d’épilepsie. La collecte des données s’est faite à l’aide d’un questionnaire comportant un certain nombre d’items, tirés du questionnaire d’investigation de l’épilepsie dans les pays tropicaux.

Résultats

L’âge moyenétait de 26,24 ans. Le sex-ratio M/F était égal à 1.6. 86% des patients exerçaient une activité régulière. Les crises étaient partielles dans 56% des cas. 54% des patients ont reçu un traitement occidental et un traitement traditionnel. 20% ont reçu un traitement traditionnel, 16% un traitement occidental et 10% n’avaient jamais été traités.Les antiépileptiques utilisés étaient l’acide valproïque (52%), le phénobarbital (28%) et la Carbamazépine (16%). Des effets secondaires ont été observés dans 30% des cas.

Discussion

A la différence de la majorité des études réalisées dans les pays en développement qui rapportent une prédominance des crises généralisées, nous relevons une prédominance des crises partielles (56%). Le traitement traditionnel tient encore une place importante dans le traitement de l’épilepsie en CI comme ailleurs en Afrique. Le phénobarbital plus largement utilisé dans la majorité des études africaines n’est prescrit que chez 28% de nos patients

Conclusion

Ce travail note la prédominance des crises partielles et l’utilisation préférentielle de l’acide valproïque mais confirme que l’adulte épileptique ivoirien est confronté aux mêmes difficultés que les épileptiques en Afrique.



Mots Clés

Epilepsie crise
Médicament
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg