JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Peut-on se passer d’IRM dans la prise en charge des AVC ?
Virginie Lefournier (1)
(1)
Résumé

L’IRM, associant séquences morphologiques, diffusion, imagerie de perfusion, et angioRM, est l’examen clé classique de l’imagerie diagnostique, pronostique et pré-thérapeutique de la pathologie vasculaire cérébrale, en particulier à la phase aiguë.

Actuellement, le bilan TDM, en intégrant des données physiopathologiques et fonctionnelles par la TDM de perfusion, a modifié cette approche de l’imagerie de l’ischémie cérébrale.

Le principe de la TDM de perfusion est basé sur l’analyse de l’évolution du produit de contraste iodé lors d’un bolus intravasculaire. Les données sont retranscrites sous forme de graphique montrant la variation des valeurs de pixel en Unité Hounsfield en fonction du temps. Les quatre paramètres caractéristiques de l’hémodynamique de la perfusion cérébrale sont calculés automatiquement selon un modèle mathématique : le Temps de Transit Moyen (TTM), le Volume Sanguin Cérébral (VSC), le Débit Sanguin Cérébral (DSC) et le temps jusqu’au pic de rehaussement maximal ou Time To Peak (TTP).

La lecture est rendue facile par une reconstruction de la perfusion avec affichage de 4 cartes paramétriques fonctionnelles en couleurs représentant chacun des paramètres de la perfusion cérébrale permettant une première analyse visuelle qualitative rapide.

Dans un second temps, une analyse quantitative des données est réalisée, en plaçant différentes régions d’intérêt (territoires vasculaires artériels).

La détermination des territoires cérébraux présentant une zone de pénombre, de ceux avec ischémie irréversible, est basée sur l’analyse des seuils de DSC et de VSC prenant en compte le concept particulièrement important de l’autorégulation vasculaire cérébrale, ainsi que sur celle des paramètres temporels, et principalement du TTM, permettant de détecter de façon précoce une zone d’hypoperfusion cérébrale. Les limites de cette technique sont les infarctus de petite taille.

Ce bilan scanographique, facilement accessible en pratique quotidienne, particulièrement en urgence, représente aujourd’hui une alternative à l’IRM dans la prise en charge de l’AVC, reposant sur le tryptique TDM sans injection, TDM de perfusion et angioscanner

Mots Clés

Tomodensitométrie
Accident vasculaire cérébral
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg