JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Encéphalopathie sensible à la biotine avec mutations de SLC19A3
Rabab Debs (1), Christel Depienne (1), Agnès Rastetter (1), Agnès Bellanger (1), Bertrand Degos (1), Boris Keren (1), Frédéric Sedel (1)
(1) Paris
Résumé
Introduction

L’encéphalopathie biotine-sensible est une maladie métabolique se manifestant par des épisodes récurrents d’encéphalopathie évoluant favorablement sous biotine. Nous décrivons les premiers cas de 2 patients Européens.

Observation
Un homme de 33 ans et sa sœur de 29 ans présentaient des épisodes récurrents d’encéphalopathie avec, entre les épisodes, la persistance d’une dystonie généralisée et d’une épilepsie. L’IRM cérébrale montrait des hypersignaux putaminaux et de la tête des noyaux caudés.

Après un épisode fébrile, le frère fut hospitalisé pour tableau subaigu associant une ataxie, des troubles de déglutition, des troubles oculomoteurs et une confusion puis une altération rapide de la conscience nécessitant son transfert en unité de réanimation. L’IRM cérébrale montra de nouveaux hypersignaux mésencéphaliques, thalamiques et corticaux diffus associés aux lésions préexistantes des noyaux gris centraux. Un traitement par biotine (10mg/kg) permit une amélioration clinique spectaculaire en 48h et radiologique en quelques jours.

Sa sœur eut une encéphalopathie identique à celle de son frère avec les mêmes images radiologiques mais le traitement par biotine nécessita l’adjonction de thiamine pour une amélioration similaire.

L’analyse génétique des deux patients montra deux nouvelles mutations (c.74dupT / c.980-14 A>G) à l'état homozygote composite du gène SLC19A3 (2q36.3) responsable de la maladie. Ce gène code pour le hTHTR2 qui est un second transporteur de la thiamine.



Discussion

Nos patients ressemblent globalement aux patients décrits au Moyen-Orient mais avec comme principale différence la nécessité de combiner la thiamine et la biotine chez l'un d’eux. En fait, le rôle de la biotine dans la physiopathologie de cette maladie et son interaction avec le hTHTR2, qui n'est pas un transporteur de la biotine, reste énigmatique. L'une des hypothèses évoquées est le contrôle de l'expression du SLC19A3 par la biotine.

Conclusion

L’encéphalopathie biotine-sensible est à considérer chez tout patient présentant des épisodes non-expliqués d’encéphalopathie associés à des lésions du striatum et doit motiver un traitement d’épreuve par biotine et thiamine.

Informations sup


Mots Clés

Génétique
Vitamine
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg