JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Le système nerveux autonome des patients migraineux
Veit Mylius (1)
(1) Marburg
Résumé

On peut observer des signes impliquant localement le système nerveux autonome au niveau de la face chez la moitié des patients migraineux durant une crise de migraine (par exemple : injection conjonctivale, larmoiement, congestion nasale, myosis, ptosis, sudation du front,…). En comparaison avec l'algie vasculaire de la face, ces symptômes sont bilatéraux, moins sévères, et non liés au côté de la migraine. Des signes dysautonomiques peuvent également être observés, à minima, avant et après les crises migraineuses. Enfin des manifestations autonomes systémiques peuvent s’associer, comme par exemple au niveau de la fréquence cardiaque, avec augmentation de l’intervalle R-R pendant la diastole mais diminution globale de sa variabilité, notamment à l’épreuve de Valsalva. La dysfonction du système nerveux autonome s’intègre bien dans les modèles physiopathologiques actuellement décrits concernant la migraine. Des fibres du nerf trijumeau (branche ophtalmique) responsables d’une innervation des vaisseaux cérébraux et de la transmission d’informations nociceptives proviennent de ganglions contenant Substance P et CGRP. La vasodilatation et l´augmentation de la perméabilité vasculaire sont le résultat de la mise en jeu de réflexes trigémino-parasympathiques conduisant à la libération de Substance P et CGRP à l’origine d’une inflammation neurogénique. Le système trigémino-cervical, le thalamus, et des structures nerveuses du cortex et du tronc cérébral (par exemple le locus coeruleus, le raphé médian et la substance grise périacqueducale) sont aussi impliqués de façon importante dans les mécanismes physiopathologiques de la migraine et peuvent aussi participer dans les manifestations dysautonomiques qui s’y associent. Les anomalies locales du système nerveux autonome qui surviennent au cours de la crise migraineuse sont ainsi interprétées comme une hyperactivité du réflexe trigémino-parasympathique associée à une dysfonction sympathique centrale. Les manifestations sympathiques et parasympathiques périphériques résulteraient de ces anomalies centrales qui sensibiliseraient les terminaisons trigéminales à différents stimuli.

Mots Clés

Neurophysiologie
Migraine
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg