JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Support moléculaire de la diversité des souches
Vincent Beringue (1), Hubert Laude (1)
(1) Paris
Résumé
Les prions, agents infectieux non-conventionnels responsables d’encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST) fatales chez l’homme et l’animal, sont essentiellement constitués de formes agrégées et anormalement repliées d’une protéine cellulaire de l’hôte, la protéine prion (PrP). L’accumulation de ce conformère pathologique (PrPSc) dans le tissu nerveux est responsable des désordres neurodégénératifs observés. La propagation des prions reposerait sur l’incorporation et la conversion auto-entretenue de molécules de PrP au sein d’agrégats de PrPSc.

L’émergence de la forme variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, suite à l’épizootie d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a attiré l’attention sur deux caractéristiques que les prions partagent avec d’autres agents infectieux. La première est la diversité de souches au sein d’une même espèce. Le support biologique de souche reposerait sur l’existence de variations stables dans la structure et/ou le mode d’agencement de la PrPSc au sein des agrégats. La seconde est la barrière de transmission qui restreint la propagation des prions entre les espèces. L'expression, chez une souris transgénique, du gène PrP de l'espèce donneuse de prion permet, expérimentalement, d’abroger cette barrière. La surveillance active des EST animales, fondée sur la détection de PrPSc dans le tissu cérébral, a récemment permis la découverte chez les bovins de profils biochimiques distincts de l’ESB épizootique. La transmission de ces cas à différentes lignées de souris transgéniques a permis d’établir l’existence de deux nouvelles formes d’EST bovines. Ces cas ont aussi été inoculés à des souris transgéniques exprimant la PrP humaine. Un des deux types semble capable de s’y propager sans barrière de transmission apparente. Les investigations en cours visent à mieux apprécier la capacité de ces prions à coloniser le tissu lymphoïde, -un paramètre potentiellement important lors d'une transmission par voie périphérique-, et à rechercher un lien éventuel avec des cas d’EST humaines, autant de points importants dans l'évaluation du potentiel zoonotique de ces ces souches émergentes.




Mots Clés

Creutzfeldt-Jakob (maladie de)
Encéphalopathie
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg