JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Actualités sur le neuropaludisme
Edgard Brice Ngoungou (1), Euloge Ibinga (1), Maryvonne Kombila (1), Pierre-Marie Preux (1)
(1)
Résumé

Le paludisme est une endémie parasitaire majeure très répandue dans certaines zones du globe. Il représente près de 40% des admissions pédiatriques en Afrique subsaharienne. Dans les régions où le paludisme à Plasmodium (P.) falciparum est endémique les formes graves se développent généralement après l’âge de 6 mois. Les convulsions sont plus fréquentes avec P. falciparum qu’avec P. vivax et elles sont plus souvent complexes allant jusqu’à un état de mal.

Le neuropaludisme stricto sensu, c’est-à dire syndrome clinique caractérisé par un coma profond, dû à P. falciparum est la complication neurologique la plus sévère associée à un taux mortalité de 10-35% selon les études. Les autres manifestations neurologiques les plus courantes sont les convulsions, l’agitation, la psychose et les troubles de la conscience, mais les formes cliniques diffèrent entre les enfants et les adultes non immuns. Environ 11% des enfants atteints de neuropaludisme ont à leur sortie de l'hôpital des séquelles neurologiques. Par la suite, beaucoup de ces déficits s'améliorent, mais environ 10% des enfants peuvent développer une épilepsie dans les 3 à 6 ans suivant le neuropaludisme. En outre, des séquelles neurocognitives sont observées chez 24% à l’âge scolaire. Bien que les mécanismes de l'altération de la conscience au cours du neuropaludisme restent inconnus, l'obstruction microvasculaire et les neurotoxines comme les cytokines et de l'acide quinolinique semblent y contribuer. De même, la cause des séquelles neurologiques est inconnue, mais elles pourraient être associées à des convulsions et à l'hypertension intracrânienne.

Étant donné le poids du paludisme à P. falciparum dans le monde, et sa fréquence élevée en Afrique subsaharienne, le neuropaludisme pourrait être une cause sous-estimée d’handicap chez l’enfant et l’épilepsie une des séquelles les plus invalidantes. Poursuivre les recherches pour préciser l’impact de l’atteinte neurologique et ses conséquences est nécessaire.

Mots Clés

Convulsion
Epilepsie crise
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg