JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Atteinte gliale et neurodégénérescence dans les maladies neurologiques
Bruno Stankoff (1)
(1) Paris
Résumé

La survenue d’une mort neuronale caractérise la plupart des affections du système nerveux central (SNC), ischémiques, dégénératives ou inflammatoires. Les mécanismes cellulaires impliqués dans l’atteinte des neurones sont complexes et multiples, et résultent le plus souvent d’interactions cellulaires délétères entre neurones et cellules gliales. Les principales cellules gliales matures du SNC (à l’exception des précurseurs) sont les astrocytes, les oligodendrocytes, et les cellules microgliales. Le rôle de chacune de ces populations cellulaires est ambivalent en fonction du contexte pathologique toxique ou protecteur. Les cellules microgliales peuvent ainsi contribuer à l’atteinte neuronale en libérant des cytokines pro-inflammatoires, de l’oxyde nitrique, en induisant une dégénérescence synaptique ou en activant une réaction inflammatoire, mais à l’inverse elles exercent aussi des effets trophiques par libération de facteurs neurotrophiques, ou en éliminant des débris cellulaires par phagocytose. Les cellules macrogliales (oligodendrocytes et astrocytes), en fonction de leur aptitude à capturer le glutamate ou d’autres médiateurs extracellulaire, contribuent à l’atteinte des neurones, mais ils ont aussi la capacité de libérer in situ des facteurs neurotrophiques. Plus spécifiquement, les oligodendrocytes expriment des inhibiteurs de croissance axonale potentiellement impliqués dans la faillite de régénération des axones, et les astrocytes régulent la barrière hémato-encéphalique.

A l’aide de quelques exemples pathologiques, les principales perspectives de neuroprotection ciblant des interactions neurono-gliales seront discutées.

Mots Clés

Sclérose en plaques
Alzheimer
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg