JNLF
Envoyer
 
imprimer

Résumé JNLF Lyon 2010

Imagerie multimodale : quelle est la place d'un outil de plus en plus complexe ?

Résumé

La caractérisation en imagerie des tumeurs cérébrales primitives constitue aujourd’hui un enjeu diagnostique majeur. Si l’imagerie par résonance magnétique constitue l’examen de référence, sa constante et rapide évolution nécessite une maîtrise des différentes « modalités », c'est-à-dire des différentes séquences susceptibles d’être utilisées au cours d’un examen par résonance magnétique, dont la hiérarchisation pertinente, en fournissant autant d’informations paramétriques supplémentaires, permet d’augmenter la sensibilité et la spécificité de l’imagerie initiale. Ainsi l’évaluation de la perfusion lésionnelle associée à celle de l’expression de certains métabolites accessibles en spectroscopie (proton, voire multinucléaire) permet-elle d’approcher le comportement métabolique lésionnel, en individualisant des profils paramétriques discriminants entre différents types ou grades tumoraux. Cette approche métabolique in vivo vient ainsi compléter l’approche histologique, biologique moléculaire, réalisée ex vivo. Parallèlement, l’imagerie par tenseur de diffusion, en permettant d’accéder à l’anisotropie fractionnelle comme à la reconstruction (indirecte) des faisceaux de fibres, fait ressortir l’invasivité lésionnelle, voire une atteinte infraclinique de certains faisceaux, alors que l’imagerie d’activation corticale cartographie l’extension tumorale aux aires éloquentes, et le cas échéant une redistribution topographique. Ainsi se trouve mieux caractérisé le retentissement fonctionnel du processus lésionnel. L'examen par résonance magnétique, toujours non invasif, devient ainsi plus performant.

Mots Clés

Tumeur cérébrale
Gliomes
Journées de Neurologie de Langue Française - 52 avenue des Vosges - 67000 Strasbourg